Le CREE est l’un des rares centres en Europe à croiser, sur une aire aussi large que l’Europe médiane et balkanique, la Russie et l’Asie centrale, des problématiques regardant l’histoire sur le long terme, l’actualité et la prospective, et couvrant des champs disciplinaires distincts mais complémentaires : littérature, arts, langues, histoire, société, géopolitique, économie, droit, environnement.

Fondé en janvier 2010, le CREE (EA 4313) procède du regroupement de trois unités préexistantes au sein de l'INALCO, ayant pour champs de recherche respectifs l’espace balkanique, l’Europe médiane et l’espace russe et euroasiatique. Par la suite, une restructuration interne au CREE, nécessaire à une meilleure cohérence de la recherche, a porté à quatre le nombre de ses composantes. La fondation du CREE a développé des synergies nouvelles et démontré une volonté de transversalité et transdisciplinarité, comme le prouvent aujourd’hui, auprès des projets spécifiques, les axes thématiques communs.

Le CREE est un centre de recherche où évoluent des spécialistes, reconnus tant pour la pertinence de leurs réflexions et travaux que pour les missions d’expertise qui leur sont confiées sur une aire aussi large. Ses membres maîtrisent des contextes linguistiques, historiques, sociaux et géopolitiques peu abordés par ailleurs, et appréhendent des thématiques novatrices ou peu explorées en articulant de manière transversale, au sein d’un même centre, réflexion sur le temps long et réaction au présent.

Les recherches menées au CREE croisent temps long de l'histoire (bilan du post-communisme, création en condition de dictature, héritages du XIXe siècle, mémoire des conflits dans les Balkans, héritage ottoman, etc.) et traitement « à chaud » de l'actualité dans des aires sensibles (Balkans et Eurasie), sur lesquelles les chercheurs du CREE sont sollicités et reconnus en tant qu'experts rares en France. Le CREE allie également la transversalité aréale (Europe médiane et balkanique, Russie, Eurasie) et la transversalité disciplinaire (histoire, géopolitique, économie, droit, littérature, arts, histoire de la traduction), faisant émerger des thématiques novatrices ou peu explorées.

Les composantes du CREE, nées avant ou après sa recomposition, et continuant d’exister pleinement dans son cadre, forment aujourd’hui l’ensemble suivant :

- Centre d’études balkaniques (CEB)

- Centre d’étude de l’Europe médiane (CEEM)

- Observatoire des États post-soviétiques (OEPS)

- Centre d’Étude et de Recherche Russie-Sibérie (CERRUS)