Collection rassemblant les actes du colloque EPAL

L'objectif du colloque EPAL (cf. site web, page Facebook et chaîne YouTube) est d'interroger, de façon systémique et pluridisciplinaire (sciences de l'éducation, sciences de l'information et de la communication, sciences du langage, psychologie, sociologie, informatique), les liens entre les apprentissages en ligne ou hybrides, les interactions verbales en ligne suscitées par ces dispositifs et les outils qui instrumentent ces interactions. Il est organisé régulièrement depuis 2007 avec le soutien de l'université Grenoble Alpes et du laboratoire LIDILEM (EA 609).
Six éditions ont eu lieu jusqu'à présent :
  • Édition n° 6 : "Parcours d'utilisateurs" (7-9 juin 2018, université Grenoble Alpes)

L’édition 2018 d’EPAL a mis plus particulièrement l’accent sur les parcours d’utilisateurs. Selon les dispositifs, ceux-ci ont souvent le choix entre des modalités d’apprentissage collectif ou individuel, entre des pratiques plutôt formelles ou informelles, entre l’utilisation de plateformes « classiques » (Moodle, Claroline) ou d’un environnement personnel d’apprentissage qu’ils se construiront « sur mesure ». Ces choix, peuvent dépendre de leur degré d’appropriation des outils numériques, de leur littéracie numérique. Et aussi, bien sûr, du degré d’autonomie dans les apprentissages dont ils sont dotés. 

  • Édition n° 5 : "L'ingénierie dans tous ses états" (4-6 juin 2015, université Stendhal-Grenoble 3)

A l’heure de la « MOOCMania » (Le Monde) qui s’est emparée du monde universitaire et qui, au-delà du buzz, a le mérite de remettre le e-learning au goût du jour, EPAL 2015 a mis tout particulièrement l’accent sur la dimension systémique de toute ingénierie de formation hybride ou à distance : cette approche est de plus en plus souvent préconisée tant pour la recherche (« design-based research », « théorie de l’action », etc.) que pour la conception. Un cours (hybride, à distance, MOOC, etc.) envisagé comme système de formation comporte un certain nombre de paramètres que l’on a intérêt à aborder dans leurs interrelations : les ressources, les activités d’apprentissage, le tutorat, les interactions verbales, l’évaluation/certification. Au-delà du niveau des cours, à un niveau « méso » ou « macro » (Fichez), le contexte institutionnel et sociétal n’est pas sans influence sur les pratiques ingénieriques, que ce soit au niveau de la formation d’adultes, universitaire ou scolaire.

En plus des actes, certaines communications ont été pubiées dans Distances et Médiations des Savoirs (Vol. 15) et la Revue Canadienne de l'Apprentissage et de la Technologie (Vol. 42, n° 4)

  • Édition n° 4 : "Formations hybrides, télécollaboration et réseaux sociaux" (6-8 juin 2013, université Stendhal-Grenoble 3)

Les trois thématiques mises en avant lors de cette quatrième édition du colloque Échanger pour apprendre en ligne, EPAL 2013, étaient les formations hybrides, la télécollaboration et les réseaux sociaux. Les interactions prévues et effectives dans ces formations dépendent forcément du scénario pédagogique (notamment des tâches), du statut et du rôle des interlocuteurs, mais aussi du type de dispositif et des outils qui sont utilisés. L'interrogation sur le lien entre les interactions en ligne et ces différents facteurs était transversale à tout le colloque.

  • Édition n° 3 : "Web social et formation en ligne" (23-25 juin 2011, université Stendhal-Grenoble 3)

Cette édition a été l'occasion de s’interroger plus particulièrement sur le lien entre le web social et la formation en ligne : "Les lieux d’échanges en ligne se sont multipliés, notamment du fait du développement des technologies du web social, comme Facebook ou Twitter, et le nombre d’utilisateurs de ces réseaux sociaux ne cesse d’augmenter. L’apparition des téléphones portables permettant l’accès à Internet et donc à divers outils de communication, a certainement contribué à accélérer le phénomène. De plus en plus, la vie sociale, aussi bien dans les domaines professionnel, éducationnel et personnel, se décline en autant d’espaces-temps qu’il existe de situations d’interaction en face-à-face et à distance. Comment cela se traduit-il dans les contextes de formation ?"

En plus des actes, certaines communications ont fait l'objet d'une publication dans ALSIC (Vol. 15, n° 2).

  • Édition n° 2 : "Les pratiques collectives (bis)" (4-6 juin 2009, université Stendhal-Grenoble 3)

Le colloque EPAL, pour sa seconde édition, est co-organisé par l’université Stendhal-Grenoble 3 et l’INRP. Il s’articule avec JOCAIR (Journées communication et apprentissages instrumentés en réseaux, université de Picardie, 2006 et 2008). Les angles envisagés cette fois-ci sont : l’angle de la conception, l’angle de l’instrumentation, l’angle du tutorat, l’angle des interactions entre apprenants observées dans des situations d’apprentissage collectif instrumenté, l’angle épistémologique, enfin, des méthodologies d’analyse de ces interactions.

En plus des actes, certaines communications ont fait l'objet d'un ouvrage collectif désormais accessible en ligne : Nissen, E., Soubrié, T., & Poyet, F. (Éd.). (2011). Interagir et apprendre en ligne. Grenoble: UGA Éditions.

  • Édition n° 1 : "Les pratiques collectives" (7-9 juin 2007, université Stendhal-Grenoble 3)
Ce sont ces pratiques collectives qui étaient au coeur du colloque, envisagées selon cinq angles en interrelation les uns avec les autres : leur instrumentation, les tâches suscitant différentes formes d’échanges, l’accompagnement tutoral, l’analyse des interactions entre apprenants observées dans des situations d’apprentissage collectif instrumenté, l’angle épistémologique, enfin, du recueil et des méthodologies d’analyse de ces interactions. Une place toute particulière était réservée au cas de l’apprentissage des langues à travers les réseaux, sans toutefois écarter la formation des enseignants ou des apprentissages dans d’autres disciplines, dès lors qu’était accordée une place importante aux échanges en ligne.

 

Dernières publications

 

 

   

Derniers dépôts