Actes des Journées des doctorants de l'ED 31 "Pratiques et théories du sens"

 

   Depuis 2009, les doctorants de l'Ecole Doctorale 31 Pratiques et théories du sens organisent chaque année une journée doctorale, choisissant un thème transversal pouvant être traité, suivant des angles toujours singuliers, par l'ensemble des disciplines représentées au sein de l'ED.

 

   Dès le mois de février, un comité de doctorants est constitué autour de quelques-uns des représentants des doctorants. Avec le soutien de l'équipe de direction et de l'équipe administrative, tous les pans relatifs à l'organisation d'une journée d'étude sont abordés et traités par les doctorants : choix du thème, rédaction de l'appel à communication, contribution à la sélection des participants, organisation logistique (réservation de salle, repas, affiche)...

 

   Il ne s'agit cependant pas uniquement d'un lieu de formation. Présentation de recherches en cours, de thèses seulement ébauchées ou déjà presque terminées, la qualité du contenu scientifique de ces journées a poussé les doctorants organisateurs à envisager de publier les actes de ces journées. Cette page est le fruit de leur travail.

 

Présentation des journées des doctorants

 

Journée des doctorants 2014 - "Au travail !" [Lien direct]

 

  

En juin 2014, pour sa sixième édition, la Journée des doctorants a porté sur le travail.

 

   La langue française associe étymologiquement le travail à la violence et la contrainte. Une définition minimale du travail en fait ainsi une activité ou une force qui conduisent à la transformation de matériaux et à la production d'objets, c'est-à-dire à une modification de l'homme et du monde.

 

   Le travail est d'ailleurs considéré, d'un point de vue social, à la fois comme une sorte de châtiment, une source d'aliénation et de souffrance, et comme une nécessité vitale, identitaire et émancipatrice. Et lorsque l'on tente de définir plus précisément cette forme de travail, c'est le même schéma de pensée binaire qui apparaît, puisqu'on oppose les travailleurs à ceux dont l'activité n'est pas rémunérée ou n'est pas immédiatement visible. Nous observons ainsi que le travail est spontanément envisagé dans un système de tensions entre des éléments qui paraissent contradictoires.

 

  Ce sont donc ces tensions ou oppositions qui ont fait l'objet de notre réflexion lors de cette journée.

 

Comité d'organisation :

Cristina Bernaldo (Études romanes, 1re année), Tess Grousson (Littérature française, 2e année), Monique Harlin (Psychanalyse, 3e année), Mej Hilbold (Sciences de l'éducation, 2e année), Mirco Michelon (Études italiennes, 1re année), Melanie Ruffie (Littérature française, 1re année), Fatemeh Zanjani (Littérature anglaise, 2e année).

 

Comité d’édition des textes :

Tess Grousson, avec l'aide de Cristina Bernaldo, Monique Harlin et Mej Hilbold.