Remédiation cognitive sur l’activité de catégorisation chez des enfants déficients intellectuels moyens et sévères

Résumé : But de l’étude. – La catégorisation est un élément essentiel de l’adaptabilité du comportement permettant de déduire des propriétés non visibles et de faire des prédictions sur le comportement d’autres éléments de notre environnement. Il existe différents types de classification permettant d’organiser les objets selon différents points de vue : perceptif, thématique, taxonomique, etc. Cette recherche a pour objectif de mieux cerner l’effet de la remédiation cognitive sur les capacités de catégorisation chez des enfants de huit à dix ans présentant une déficience intellectuelle en les comparant à des enfants « tout-venant » de même âge chronologique. Patients et méthode. – Les enfants présentant une déficience intellectuelle ont été soumis à une remédiation, afin de savoir s’ils sont en mesure d’utiliser naturellement la catégorisation taxonomique comme les enfants « tout-venant ». Dix enfants scolarisés en CE2 et en CM1 et dix enfants avec déficience intellectuelle dont six enfants scolarisés en IME et quatre pris en charge dans un SESSAD, tous âgés de huit à dix ans, ont été comparés. Deux tâches de tri libre portant chacune sur vingt-quatre images ont été proposées afin d’étudier les divers modes de catégorisation des enfants et de voir une possible évolution après remédiation vers la catégorisation taxonomique chez les enfants déficients. Résultats. – Les résultats sont comparés à ceux d’un pré-test utilisant les mêmes images. Ils montrent que les enfants déficients intellectuels ont de meilleures performances dans la catégorisation taxonomique après la remédiation cognitive, même si les performances de ces enfants restent en dec¸à de celles des enfants « tout-venant ». La remédiation cognitive donne donc accès à une classification taxonomique, mais qui n’est pas construite spontanément par ces enfants. Une variabilité des réponses et une rigidité des catégories envisagées sont observables chez ces enfants. Conclusion. – Nos expériences montrent que la remédiation cognitive a un effet positif dans le processus de catégorisation chez les enfants déficients intellectuels, mais les résultats que nous rapportons suggèrent que ces enfants ne sont pas parvenus à conceptualiser les catégories.
Type de document :
Article dans une revue
Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, Elsevier Masson, 2015, 63 (6), pp.368-375. 〈http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961715000379〉. 〈10.1016/j.neurenf.2015.02.001〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-paris8.archives-ouvertes.fr/hal-01217661
Contributeur : Jean-Marc Meunier <>
Soumis le : mardi 20 octobre 2015 - 08:23:02
Dernière modification le : mercredi 21 octobre 2015 - 01:02:58

Identifiants

Collections

Citation

Marion Sauvage, Jean-Marc Meunier. Remédiation cognitive sur l’activité de catégorisation chez des enfants déficients intellectuels moyens et sévères. Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, Elsevier Masson, 2015, 63 (6), pp.368-375. 〈http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0222961715000379〉. 〈10.1016/j.neurenf.2015.02.001〉. 〈hal-01217661〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

352