La programmation architecturale et urbaine Émergence et évolutions d'une fonction

Jodelle Zetlaoui-Leger 1
1 LET - Laboratoire Espaces Travail
Ecole d'architecture de Paris-La Villette, CNAM - Conservatoire National des Arts et Métiers [CNAM], LAVUE - Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement
Résumé : L'examen de la production scientifique consacrée à la programmation architecturale et urbaine en France montre que très peu de travaux ont été jusqu'à présent consacrés à cette fonction, à la différence de ce que l'on peut observer dans les pays anglo-saxons, où elle a fait l'objet de nombreuses recherches et expérimentations des années 1950 à 1990 à l'initiative du Design Methods Movement 1. Ce constat peut paraître paradoxal car l'autonomisation de cette activité est souvent présentée comme une spécificité française. La programmation a en effet été instituée comme une obligation réglementaire depuis trente ans par les décrets qui encadrent l'ingénierie publique, et elle est aujourd'hui prise en charge par des experts patentés. À l'occasion d'une récente recherche sur la professionnalisation de cette fonction, nous avons été amenés à nous intéresser aux conditions de sa singularisation dans l'acte de bâtir 2. Nous avons été rapidement confrontés aux multiples acceptions et aux différentes démarches qui lui ont été associées, au-delà du sens commun qui conduit nombre de professionnels de l'aménagement et de la construction à affirmer que « tout le monde programme et a toujours programmé ». Si l'on cherche à identifier les premières références à la notion de programmation dans l'histoire de la production architecturale et urbaine en France, c'est en fait au mot programme que l'on se trouve généralement confronté. Le dictionnaire précise également l'antériorité de ce terme. Programme vient du grec programma et signifie étymologiquement « ce qui est écrit à l'avance ». Ce mot aurait été officiellement intégré à la langue française au XVII e siècle, alors que celui de programmation l'aurait été au XIX e siècle, avec le développement de la pensée rationaliste. Dans le sens commun, le programme détaille ce qui va être organisé. En urbanisme et en architecture, on constate qu'il prend cependant au moins deux acceptions : il peut désigner la fonction générale ou la destination sociale de l'espace ou de l'édifice qui va être aménagé, ou correspondre à un texte donnant des instructions pour réaliser cette opération. Rarement employée jusqu'au milieu du XX e siècle bien que 1 Le Design Methods Movement a été créé au début des années 1960 par des théoriciens-praticiens anglo-saxons en architecture, sur la base d'une critique des approches traditionnelles du processus de conception jugées trop intuitives et inopérantes face à des projets de plus en plus complexes à réaliser. Leur ambition initiale était de refonder la logique du processus de design par une réflexion sur la programmation comme méthode de résolution de problèmes permettant de mieux préparer le travail de mise en forme spatiale. Ce mouvement a donné lieu à deux courants. L'un, décliné des premières théories de Christopher Alexander, assimile la démarche de conception architecturale à un processus scientifique et technologique visant la recherche de la meilleure adéquation entre forme et fonction, grâce à la puissance de l'outil informatique ; l'autre, proche des environmental studies, envisage la programmation comme une démarche heuristique, support à des pratiques « délibératives » dans le « process » de design. Les travaux du Design Methods Movement restent très méconnus en France, à l'exception de ceux d'Alexander, qui ont fait l'objet de traductions. Or, d'autres figures ont marqué ce mouvement, comme Horst Rittel, Henry Sanoff et Wolfgang Preiser. Parmi les premiers travaux, ceux qui ont été réalisés par William Peña et Gerald Davies avaient néanmoins influencé la démarche programmatique mise au point à l'occasion de la réalisation du Centre Georges Pompidou à Paris par François Lombard, un ingénieur-architecte qui revenait d'un séjour en Amérique du Nord. Cette expérience servira de référence pour la réforme de l'ingénierie publique. Les travaux du Design Methods Movement inspireront aussi les recherches menées sur la conception architecturale par Michel Conan et Robert Prost à la fin des années 1980 et au début des années 1990. 2 D'après Jacques Allégret, Nathalie Mercier et Jodelle Zetlaoui-Léger, L'Exercice de la programmation architecturale et urbaine en France, recherche menée dans le cadre du programme de recherche du réseau Ramau, Puca, 2005, 2 volumes.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal-univ-paris8.archives-ouvertes.fr/hal-01884111
Contributor : Jodelle Zetlaoui-Leger <>
Submitted on : Saturday, September 29, 2018 - 5:52:53 PM
Last modification on : Thursday, February 7, 2019 - 4:25:48 PM
Long-term archiving on : Sunday, December 30, 2018 - 12:43:32 PM

File

EvolProgCahiersRAUP2009.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01884111, version 1

Collections

Citation

Jodelle Zetlaoui-Leger. La programmation architecturale et urbaine Émergence et évolutions d'une fonction. Les Cahiers de la recherche architecturale / Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, Paris : Ed. du patrimoine, 2009. ⟨hal-01884111⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

99