HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Le risque suicidaire en population étudiante en France. Etude comparative et facteurs de risques spécifiques

Résumé : [Background] La population étudiante fait face à des problématiques spécifiques, comme le stress lié à leurs études, la précarité en l’absence d’aides familiales et/ou sociales et le harcèlement qui peuvent engendrer un ensemble de difficultés, altérer la santé mentale et mener au suicide. Cela dit, comparativement au reste des 18-24 ans, les étudiant.e.s forment également une population davantage issue de milieux sociaux privilégiés et sont entourés d’un réseau social plus dense pouvant les "préserver" du risque suicidaire. Dans cet article, nous mesurons l’effet du statut d’étudiant sur le risque suicidaire chez les 18-24 ans et nous analysons les déterminants sociaux du risque suicidaire en population étudiante. [Méthode] Nous avons étudié la population des 18 à 24 ans à partir des enquêtes Baromètres Santé 2010 (N=952 étudiant.e.s et 1965 non-étudiant.e.s), 2014 (627 et 1111) et 2017 (1164 et 1265). Nous avons considéré la présence de pensées suicidaires au cours des 12 derniers mois, la présence d’une ou plusieurs tentatives de suicide au cours de la vie, leur combinaison formant le risque suicidaire et la détresse psychologique. Nous avons évalué l’évolution de ces indicateurs entre 2010 et 2017 en population étudiante et non-étudiante ainsi que les différences entre ces deux populations. A partir de l’enquête 2017, nous avons investigué l’effet de l’origine sociale, de la précarité financière et résidentielle et de différentes formes de violences sur le risque suicidaire en population étudiante. [Résultats] Les résultats montrent une augmentation du risque suicidaire et une dégradation de la santé mentale des jeunes qu’il soient ou non étudiant.e.s et entre 2010 et 2017. Nos résultats montrent également qu’une fois contrôlés par les différences de caractéristiques socio-démographiques, le statut d’étudiant.e a un effet légèrement protecteur sur le risque suicidaire. Nous montrons également le rôle que les étudiants dont le chef de ménage est le plus éloignés de l’emploi, de la précarité financière et des violences sexuelles pour les femmes et physiques pour les hommes influe sur le risque suicidaire en population étudiante. [Conclusion] Les résultats montrent que le risque suicidaire des jeunes étant sortis du système éducatif est plus important qu’en population étudiante. Cependant, si les différences d’intensité de risque sont significatives entre la population étudiante et non-étudiante, les différences de niveaux absolus restent limitées. En raison de son hétérogénéité, la population étudiante ne peut être considérer comme étant à l’abri du risque suicidaire. L'association du risque suicidaire avec la précarité financière et les violences impose.
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03479412
Contributor : Brian Chauvel Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, January 17, 2022 - 3:23:46 PM
Last modification on : Friday, April 29, 2022 - 10:12:39 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03479412, version 1

Citation

Aristide Boulch, Léa Boutonnet, Cheikhou Oumar Cisse, Clara Girault, Aurélien Dasré, et al.. Le risque suicidaire en population étudiante en France. Etude comparative et facteurs de risques spécifiques. Semaine Data SHS : Traiter et analyser des données en sciences humaines et sociales, Plateforme universitaire de données de Nanterre - MSH-Mondes, Dec 2021, Nanterre, France. ⟨hal-03479412⟩

Share

Metrics

Record views

138

Files downloads

56