Skip to Main content Skip to Navigation
Directions of work or proceedings

L’Offrande lyrique, sous la direction de Jean-Nicolas Illouz, Paris, Hermann, coll. « Savoir / Lettres », 2009, 400 p.

Résumé : Ce livre interroge le genre lyrique en faisant porter l'accent sur les fonctions du destinataire dans le poème, sur les figures de l'adresse, et sur le geste de don qui accompagne l'oeuvre. La parole lyrique, invoquante ou désirante, y apparaît comme une parole fondamentalement tutoyante, -tournée vers un interlocuteur, qui cependant se dérobe, - comme si l'énonciation poétique ne se soutenait que de l'inconnu de sa destination. Plusieurs figures font poindre cette place, nécessairement vacante, de l'autre dans le poème. Il peut s'agir sans doute de figures restreintes : une figure grammaticale (le vocatif), ou des figures rhétoriques (l'apostrophe et ses divers développements, comme l'hypotypose), elles-mêmes filées ou amplifiées dans des formes poétiques fixées par la tradition ou disséminées dans les écritures de la modernité,-comme l'envoi, l'épigramme, l'éloge, l'hommage, le thrène, le toast, ou le tombeau… Mais aucune figure ne suffit à désigner à elle seule la part de l'autre dans la parole. Parce que celle-ci est inassignable, elle est aussi partout dans la langue dès que l'on parle ; si bien que l'apostrophe engage en réalité tout le travail du poème, auquel elle donne sa pulsation initiale, et dont elle constitue le rythme fondamental. En outre, quand la recherche du mot juste engage, au-delà de simples figures du langage, une forme entière d'attention à autrui, la poétique, placée sous le signe de l'interlocution, vaut comme une éthique ou une politique. En réfléchissant sur les différentes manières dont le don du poème se met en scène dans le texte (par exemple à travers les tours et les détours d'une dédicace, dans le repliement de l'oeuvre sur elle-même ou au contraire dans son ouverture qui la voue à une réception imprévisible), ce livre prend donc pour objet la communauté qu'instaure le partage du poème,-que cette communauté se pense au miroir de modèles sociaux existants ou qu'elle joue de sa dissidence, qu'elle se garantisse de quelque grand Autre (qui sacralisait jadis l'offrande poétique) ou qu'elle se reconnaisse désormais adossée à la solitude d'écrire. Dix-huit études de grande qualité, offertes par des chercheurs reconnus ou plus jeunes, composent cette Offrande lyrique. Elles balisent quelques-uns des moments les plus significatifs (ou les plus critiques) du lyrisme, dans un champ chronologique qui va de l'Antiquité à l'extrême-contemporain. Le mouvement d'une histoire apparaît, et le sens d'une historicité se dégage : du geste d'abord religieux de l'offrande à sa profanation, - où l'on voit cependant en retour la poésie reprendre à la théologie son bien.
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadata

https://hal-univ-paris8.archives-ouvertes.fr/hal-03762556
Contributor : Jean-Nicolas Illouz Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, August 28, 2022 - 11:24:16 AM
Last modification on : Thursday, September 1, 2022 - 3:41:58 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03762556, version 1

Citation

Jean-Nicolas Illouz. L’Offrande lyrique, sous la direction de Jean-Nicolas Illouz, Paris, Hermann, coll. « Savoir / Lettres », 2009, 400 p.. 2009. ⟨hal-03762556⟩

Share

Metrics

Record views

897